Chaises roulantes - Le blog

Un fauteuil roulant, ou chaise roulante, est une chaise équipée de roues, ce qui permet de transporter une personne assise sans peine sur une surface plane.

En milieu hospitalier, pour les transport de patients, on utilise des chaises sans motorisation, avec quatre roulettes, une à chaque pied de la chaise. En préhospitalier, de telles chaises sont utilisées pour l'évacuation de victimes supportant la station assise, ce qui facilite le brancardage ; ce sont en général des modèles pliants qui se rangent aisément dans l'ambulance ou le véhicule d'intervention.

Les paraplégiques (handicapés moteurs des membres inférieurs) et certains tétraplégiques (handicapés moteurs des membres inférieurs et supérieurs) ayant suffisamment de force dans les bras utilisent en général des fauteuils dont les roues arrière sont de grand diamètres. Il peuvent ainsi propulser le fauteuil en mettant les roues arrières en mouvement, par l'intermédiaire d'un volant solidaire de la roue.

Il est important de distinguer la personne active (enfant ou adulte dans la force de l'âge) ayant été victime d'un accident médulaire ou autre (avec comme conséquence une paraplégie ou une tétraplégie partielle), de la personne âgée, dont les pathologies diverses associées au vieillissement font que ses capacités physiques globales sont amoindries ou très amoindries. Dans cette deuxième catégorie on peut aussi ranger les personnes souffrant de pathologies neuro-musculaires. En effet les besoins de l'un ou de l'autre sont alors très différents. C'est pourquoi l'offre de fauteuil roulant est une offre très diversifiée. Les nuances sont subtiles mais bien réelles.

Le poids d'un fauteuil varie de 15 kg pour un standard, et descend désormais jusqu'à moins de 8 kg par l'emploi de matériaux spécifiques (titane, carbone) mais surtout aussi grâce à un travail du tube bien particulier. Les tubes peuvent être à épaisseur variable afin de "garder de la matière" là où elle est nécessaire. La légèreté se paye au prix fort, sur le plan financier bien sur mais aussi en terme de confort; celui-ci est spartiate mais adapté à un homme ou une femme désirant avant tout exploiter ses ressources musculaires le plus possible pour avoir un maximum de mobilité et de liberté au quotidien.

Dans cette optique, le fauteuil roulant devient un vrai véhicule et ses caractéristiques essentielles sont celles d'un véhicule; on parle alors de voie, d'empattement, de chasse, de carrossage, de centre de gravité, d'assiette, de diamètre de roue, de pneumatique. Tous ces paramètres vont jouer pour avoir un fauteuil maniable ou au contraire stable en trajectoire, adapté à l'extérieur, ou fait pour des salles de sport, etc. Pour les patients les plus jeunes, un facteur irrationnel mais néanmoins fondamental concerne le "look" du fauteuil; il faut dire que certains fauteuils sont d'une grande esthétique, tout à fait comparable à une moto. Avoir le meilleur fauteuil possible est essentiel pour vaincre son environnement. Il faut dire que rien n'est fait pour faciliter l'accès au fauteuil roulant, tout est obstacle potentiel. Songez simplement aux trottoirs qui ne sont que rarement parfaitement horizontaux; le moindre devers demande à corriger sans arrêt les trajectoires ce qui est très éprouvant.

De nouveaux équipements arrivent sur le marché comme des assistances électriques à la propulsion [1]: le but est de garder le concept du fauteuil roulant manuel et son aspect visuel, mais les roues d'origine sont remplacées par des roues incorporant moteur et batteries. Le but est de permettre à quelqu'un possédant un capital musculaire des membres supérieurs faible (tétraplégique, malade neuro-musculaire) de quand même rouler en fauteuil roulant manuel (ce qui est moins dur psychologiquement à accepter) plutôt que de passer à un fauteuil électrique. Ou bien ils conviennent à une personne "simplement" paraplégique qui veut aller au travail sans transpirer pendant son trajet. Chaque cas est particulier et chacun apprivoise son fauteuil en fonction de son usage. A noter que les fabricant de fauteuils roulants sont majoritairement saxons (allemand, suisse allemand, autrichien, etc.), la culture du handicap est beaucoup plus forte dans ces pays et globalement dans toute l'Europe du nord, pour qui les notions d'ergonomie et de design au sens des fonctionnalités apportées est un réel souci.

Pour les personnes âgées ou à mobilité réduite, les problèmes sont tout aussi nombreux et là aussi de nouvelles solutions peuvent être envisagées qui associent liberté et dignité, comme des [2]scooters électriques

Les handicapés ne pouvant pas se propulser utilisent en général un fauteuil motorisé, dirigé par une poignée de type joystick. Ce type de fauteuil coûte le prix d'une petite voiture (environ 10 000 euros)